Retour Sommaire Magazine
Retour Accueil Information Contact
 
 


Comme pour toutes les îles et les territoires isolés, l'histoire de l'Ascension est influencée par des intérêts d'ordre militaire et stratégique.

L’île fut découverte par le Portugais Joao da Nova Castelia en 1501. Cette visite n’a apparemment pas été enregistrée puisqu’elle fut “redécouverte” deux ans plus tard, le jour de l’Ascension, par Alphonse d’Albuquerque, d’où elle en tira son nom. Sans eau et stérile, elle ne sera que sporadiquement utilisée par la flotte de la Compagnie des Indes.

Elle restera inhabitée jusqu’à l’incarcération de l’Empereur Napoléon à Sainte-Hélène en 1815. Les Anglais, craignant une tentative de libération, revendiquèrent l’Ascension pour y établir une garnison navale sur le site de Georgetown. Durant les années qui suivirent, la garnison transforma les abris de fortune en une petite ville avec des maisons en pierre, un fort, un hôpital et un magasin.

A la mort de Napoléon en 1821, l'Ascension devint une station de ravitaillement et servit aussi de base de quarantaine pour les bateaux frappés par la fièvre jaune.

En 1899, l’Eastern Telegraph Company installe le premier câble sous-marin de l'île, du Cap (Afrique du Sud) via Sainte-Hélène et plus tard jusqu’en Grande-Bretagne via les îles du Cap-Vert.

L’île est restée sous la surveillance de l’amirauté britannique jusqu'en 1922, année où elle a été déclarée dépendance de Sainte-Hélène. Après le retrait de la Marine, l'île a été gérée par l’Eastern Telegraph Company, rebaptisé "Cable and Wireless" en 1934.

Pendant la Seconde Guerre mondiale les Etats-Unis, en accord avec la Grande-Bretagne, construisent un aérodrome militaire: le "Wideawake field”. De 1943 à 1945, plus de 25’000 appareils de l’US Air Force ont transité par l’Ascension pour des vols transatlantiques. Jusqu'à 4’000 militaires, principalement américains, furent stationnés sur l'île. La popularité de l'Ascension sera de courte durée. En 1947, les derniers militaires américains s’en vont et la population ne compte plus que 170 habitants.

Les Américains reviennent sur l’île en 1956 à la suite d’un accord permettant aux Etats-Unis de faire fonctionner des équipements de contrôle et de suivi de missiles.

En 1964 la piste d'atterrissage est prolongée pour permettre l’atterrissage de plus grands avions et même de la Navette Spatiale. La piste fait office de piste de secours, mais elle n’a jamais été utilisée par la navette. La même année, la B.B.C. s'est installée dans l'île pour y établir son Relais Sud-Atlantique. L'administration de l'île passe de “"Cable and Wireless"” à un Administrateur nommé à Londres.

En 1967, une station d'observation des satellites de la NASA est construite.

En 1982, l’île a joué un rôle déterminant dans les opérations militaires britanniques lors du conflit des Falklands. Elle était la seule base utilisable sur le chemin de l’Atlantique Sud, sans elle, il est probable que le drapeau argentin flotterait encore sur le sol des Falklands. Après le conflit, la Royal Air Force est restée sur l'île, continuant à fournir une liaison essentielle entre les Îles Falklands et le monde extérieur.

En 1990, la station de la NASA est fermée. Une station d’observation de la fusée Ariane est construite (Agence Spatiale Européenne).

Actuellement, le contingent britannique comprend 20 hommes chargés d’effectuer le ravitaillement des vols de la RAF vers les Falklands. Si nous considérons l'évolution politique, le rôle d'un poste comme celui de l'Ascension semble bien révolu. Cependant des exemples comme la guerre des Falklands ou la guerre du Golf démontrent l'importance d'une base avancée de soutien pour des pays comme les USA et la Grande-Bretagne qui comptent maintenir leur influence internationale et leur capacité d'intervention.





   
       
         
> Retour Sommaire Magazine