Retour Sommaire Magazine
Retour Accueil Information Contact
 
 


Les labyrinthes de Neptune.

Malgré les caprices de dame météo, bien décidée à perturber le déroulement de nos plongées, Jacky et Fifi, propriétaires du centre “Cotton Dive”, ont fait tout leur possible pour que nous puissions découvrir leurs sites favoris. Dans une mer agitée et avec une faible visibilité empêchant souvent toute photo, nous avons malgré tout effectué de belles plongées!

Si je ne devais conserver qu’un site, ce serait “La Basilique”: chef-d’oeuvre d’architecture naturelle. Tunnels sans fin, grottes obscures, galeries sinueuses et arches majestueuses ont été sculptés au fil des siècles dans le récif. Jacky me guide dans cette plongée à sensation, nous pénétrons dans une petite grotte sombre dont le fond révèle un tunnel permettant d’accéder à l’intérieur de cet “édifice corallien”. Nous voilà partis pour visiter les entrailles d’un labyrinthe gigantesque!

Le long tunnel s'est resserré, ne laissant qu'une mince fente d'un bleu profond où un léger courant nous entraîne. Le plafond, irrégulier, est garni de bulles d’air qui s’évertuent à trouver une sortie jusqu’à la surface. Nous débouchons finalement dans une chambre, puis enchaînons dans de multiples galeries et grottes aux eaux bleues, partiellement éclairées par le soleil qui s’infiltre à travers les nombreuses brèches de la voûte. J'entrevois la lueur bleu nuit d'un nouveau tunnel: la balade continue! Un mur de roche nous oblige à remonter presque à la verticale pour emprunter un étroit passage. Les sédiments soulevés forment un rideau brumeux qui réduit la visibilité... Le tunnel se prolonge en un large puits et nous emmène dans une nouvelle grotte. Des ouvertures dans le plafond laissent passer des faisceaux de lumière diffuse. Nous nageons tout en admirant ces jeux de lumières féeriques. Avec ses voûtes imposantes et mystérieuses, la grotte prend des allures de basilique. Il ne manque que les notes pures et solennelles d’un orgue pour s’imaginer dans l’édifice immergé où Neptune célèbre son office!

Il est temps de retrouver la sortie en empruntant une dernière galerie encombrée de gros rochers. Heureusement, Jacky connaît parfaitement le chemin, pour ma part, je suis complètement désorienté! Dans la pénombre, un banc de carangues bleues se faufile furtivement dans ce dédale de roches. D’ordinaire, ce site inhabité offre peu d’intérêt pour les passionnés de faune marine. Le manque de luminosité empêche le développement du corail et explique probablement pourquoi si peu d’animaux en font leur territoire. On peut toutefois y croiser quelques poissons pélagiques: carangues, thons, requins dormeurs... ou une tortue égarée!

Mais, rassurez-vous, les sites ne manquent pas pour observer une faune abondante. Comme les pêcheurs concentrent leurs activités dans le lagon, le récif extérieur est totalement préservé et offre une variété fantastique de coraux. Ils sont en bonne santé et constituent des habitations idéales pour chaque espèce de poissons et de crustacés. On découvre une beauté sous marine sous toutes les formes: d’énormes plateaux de corail jalousement gardés par des poissons-anges, la collection complète de balistes (clown, picasso, titan, etc.), des poissons pélagiques à foison, des bancs de perroquets, des lutjans qui s’écartent à peine pour vous laisser le passage...

Jacky et Fifi nous dévoilent leurs sites favoris comme le “Sec des tortues” où l’on évolue parmi les grottes à la recherche des tortues vertes, “Karlanne”, lieu de rendez-vous de toutes les espèces de poissons tropicaux,  ou encore “Camélérou” et sa vedette: un magnifique mérou qui a la faculté de changer instantanément de couleur selon le substrat sur lequel il évolue. Et si cela ne vous suffit pas, il faudra plonger dans les passes! Celle de St-François comblera les plongeurs expérimentés. C’est une passe fantastique, entre 8 et 30 mètres, où l’on se laisse porter par le courant sortant. Des thons, barracudas, perroquets, diodons et parfois des tortues défilent devant nos yeux. Le clou du spectacle est un banc de carangues “gros yeux” de plus de 100 individus. Attention, le courant est souvent assez fort, il faudra palmer énergiquement au retour!

Pour les débutants, des sites peu profonds et bien protégés dans le lagon, tels que “La balade des demoiselles” (4m) ou “l’Aquarium” (7m), permettent d’observer une grande variété de coraux et de poissons tropicaux: poisson-lions, demoiselles, soles tropicales, gobies et j'en passe! La richesse de ces sites intéresseront aussi les plongeurs chevronnés, surtout “l’Aquarium” qui permet d’accéder à un canyon passant sous la barrière de corail où sont regroupés de nombreux poissons: mérous, chirurgiens, murènes et carangues “ignobilis” de plus d’un mètre cinquante. En raison d’un courant assez puissant, le retour s'effectue à l’aide d’une corde solidement ancrée dans le canyon.

Il n’y a pas de doute, l’Est de Rodrigues est un terrain d’exploration fascinant, une explosion de couleurs et de formes dont seule la nature connaît les secrets. Le relief sous-marin très tourmenté en est l'élément principal: monticules de corail, tables, totems, pyramides, dômes, arches, grottes, tunnels ou canyons. Un monde magique où l’inattendu est toujours au rendez-vous!


INFOS PRATIQUES:

Centre de plongée:

- Le “Cotton Dive Center” est installé dans l’hôtel Cotton Bay. Attention, le centre est fermé durant les mois de juillet et août. Réservation obligatoire (email: diverod@intnet.mu).

- Brevet, carnet de plongée et certificat médical exigé. Licence MSDA (Mauritius Scuba Diving Association) obligatoire délivrée directement par le centre. L’équipement complet est fourni (compris dans le prix de la plongée - un rabais est accordé au plongeur tout équipé). Le centre organise différents types de plongées: initiation en piscine et baptême en mer, formation Niveau 1, explo, plongée de nuit, plongée enfant.  

Encadrement:

- L’encadrement est assuré par Jacky (moniteur B.E.E.S.I + instructeur CMAS**) et sa femme “Fifi” (Dive Master + CMAS***).

Sécurité:

- Attention, il n’y a pas de caisson de décompression à Rodrigues. Les plongées s’effectuent dans la courbe de sécurité (sans paliers de décompression).

A voir:

- Beaucoup de corail, faune habituelle de l’Océan Indien, quelques espèces endémiques. Les paysages sous-marins ont un relief très tourmenté, nombreux canyons, tunnels, grottes et failles. Beaucoup de poissons pélagiques comme des thons ou des carangues, quelques requins.

Meilleure période:  

- Pendant l’été austral, de octobre à avril avec une préférence pour les mois d’octobre, novembre et décembre (pas de risque de cyclone!). Bonne visibilité, mer calme. Température de l’eau: 28 degrés.

Texte et photos: © Fabrice Bettex / Mysterra




 
Photo île Rodrigues


Photo sous-marine île Rodrigues

Photo sous-marine île Rodrigues

Photo sous-marine île Rodrigues

Photo sous-marine île Rodrigues

Photo sous-marine île Rodrigues

Photo sous-marine île Rodrigues

Photo sous-marine île Rodrigues

Photo sous-marine île Rodrigues

Photo sous-marine île Rodrigues

Photo sous-marine île Rodrigues

Photo sous-marine île Rodrigues

Photo sous-marine île Rodrigues

Photo sous-marine île Rodrigues

Photo sous-marine île Rodrigues

Photo sous-marine île Rodrigues

Photo sous-marine île Rodrigues

Photo sous-marine île Rodrigues

Photo sous-marine île Rodrigues

Photo sous-marine île Rodrigues

Photo sous-marine île Rodrigues

Photo sous-marine île Rodrigues

Photo sous-marine île Rodrigues
       
      Visitez le site de notre partenaire!    
> Retour Sommaire Magazine