Retour Sommaire Magazine
Retour Accueil Information Contact
 
 


Rodrigues est une île à découvrir à pied, aussi bien à l'intérieur des terres qu'au bord du lagon. Les charmes et les secrets de l’île se dévoileront en parcourant les nombreux sentiers qui sillonnent ses terres. Comme les autochtones empruntent ces chemins, c’est un bon prétexte pour les rencontrer et faire la connaissance de ces gens timides mais accueillants. Il n’est pas rare aussi d’observer, bien cachée dans la végétation, la faune locale: insectes, oiseaux, chauve-souris ou simplement de croiser vaches, chèvres, cochons et moutons en liberté!

La taille relativement petite de Rodrigues permet d’en faire le tour en empruntant des sentiers côtiers. On accédera ainsi à une merveilleuse nature après moult détours et efforts car le littoral est sinueux et le relief assez escarpé, mais la récompense, sous forme d’une plage paradisiaque, en vaut vraiment la peine.

En effectuant des étapes journalières d’une dizaine de kilomètres, il est possible de réaliser le tour de Rodrigues en 5 jours (voir carte). Certaines randonnées sont toutefois assez longues. Pour ménager ses efforts, on peut effectuer des sauts de puce en pirogue ou en bus. Il est facile de dénicher un pêcheur qui vous emmènera en pirogue sur quelques kilomètres ou d’arrêter un bus au bord de la route. Il faudra aussi compter avec le soleil qui tape très dur, surtout en été.


De Port Mathurin à Pointe Coton

Port Mathurin - Anse aux Anglais - Grand Baie - Baladirou - Rivière Banane - Pointe Coton - Distance: 12 km

Port Mathurin, la capitale de poche et unique port de l’île est le point de départ de notre excursion. En suivant la route vers l’Est, on découvre Anse aux Anglais, si chère au grand-père de Jean-Marie Le Clézio qui rechercha inlassablement durant 30 ans l’improbable trésor du pirate “La Buse” (cf. Le chercheur d’or, J.-M.. Le Clézio). Le village est aujourd’hui assez dénaturé, sans grand charme, nous ne feront que passer (il est d’ailleurs tout à fait possible de parcourir en bus le trajet Port Mathurin - Grand Baie). La descente sur Grand Baie est plus captivante, elle dévoile une belle anse au fond d’une ravine. Des pirogues sont abandonnées dans le sable dans l’attente de la marée montante. Des enfants s’amusent  à pourchasser les poissons pris au piège dans les flaques d’eau. A l’autre extrémité de la plage, nous empruntons un petit sentier qui va nous éloigner des rares habitations de Grand Baie. Après 45 minutes de marche sous un soleil de plomb, nous atteignons Baladirou et sa grande plage de sable blond bordée de filaos qui nous procurent enfin un peu d’ombre. Une halte s’impose!

Après Baladirou et son invitation à une douce oisiveté, Rivière Banane nous accueille avec ses plantations de légumes: aubergines, piments, tomates, laitues, pipengailles... Dès l’aube, des gens y travaillent péniblement, certains habitent même sur place dans des petites cases en tôle. C’est le cas d’Angélique qui nous reçoit chaleureusement dans sa plantation. Coiffée d’un énorme chapeau tressé en feuilles de vacoas, elle enlève de ses mains usées par des années de labeur, les mauvaises herbes de son champ de laitue. Angélique nous raconte son quotidien, les difficultés de son travail, la crainte des cyclones qui anéantissent en un instant tous ses efforts. Chaque samedi, elle vend le produit de son labeur au marché de Port Mathurin, lui permettant ainsi de vivre avec sa famille au fond de cette vallée de Rivière Banane. Loin de tout, un peu oubliée de tous. Merci Angélique de nous avoir si gentiment offert ce moment de votre vie!

Nous longeons maintenant un petit sentier au sommet d’une falaise pour finalement découvrir la baie accueillante de Pointe Coton, objectif de notre excursion. Les collines avoisinantes, soufflées par les vents, sont parsemées d’herbes séchées et jaunies par le soleil. Quelques vaches broutent à l’ombre des vacoas, bel arbre tropical. Des blocs de basalte sont disséminés dans les champs, preuve d’une ancienne activité volcanique. Le paysage est rude, austère, peu accueillant, mais néanmoins plaisant. Etrange sensation.

Sur la plage de Pointe Coton, le vent souffle dans les filaos. Le rugissement des vagues qui s’écrasent contre la barrière de corail est incessant, à la fois reposant et inquiétant: ici, en hiver, la mer est mauvaise au delà du récif. A tel point que les pêcheurs ne s’y aventurent guère, préférant pêcher à l’abri des vagues et des courants violents dans ce grand lagon, vivier gigantesque.


De Pointe Coton à Anse Mourouk

Pointe Coton - Saint François - Anse Philibert - Gravier - Anse Mourouk - Distance: 9 km

La côte de Pointe Coton à Port Sud-Est est agrémentée de magnifiques plages, particulièrement celle de St-Francois, longue courbe déserte et ombragée par une forêt de filaos. Une petite route, quelques habitations dissimulées dans la végétation et une poignée de pirogues en bord de mer sont les seules traces de présence humaine. La côte sud-est, totalement préservée, est très sauvage et pratiquement inhabitée. Nous longeons la mer sous les ardeurs du soleil. Le paysage évolue: après la douceur des plages, il nous offre la vision d' une côte rocheuse déchiquetée et inhospitalière. La structure du terrain est très irrégulière, il n’est pas rare que la roche se brise sous nos pieds. L’érosion du sol et les assauts de la mer durant les tempêtes et les cyclones ont rongé la pierre jusqu’à la faire tomber par bloc entier dans le lagon. Les vents du sud ont façonné la végétation, les arbustes sont déformés et irrémédiablement couchés par les ardeurs du dieu Eole. La côte est aride mais si captivante.

Il n’existe aucune route pour accéder aux perles de la nature que sont les nombreuses petites criques cachées le long du littoral. Chaque anse est une invitation à la baignade, particulièrement à Anse Philibert que l’on découvre entre deux falaises du haut desquelles on ne se lasse pas d’admirer la mer. Il est difficile d’y résister et de continuer son chemin sans y faire une pause. Attention toutefois aux courants qui peuvent être traîtres. Nous sommes dans un univers tellement reclus que les remous de la vie moderne s'évanouissent comme par enchantement. Nous serions bien tentés de rester là, oisifs et rêveurs, sur ce petit coin de paradis, mais ici point d’abri pour se protéger des ardeurs du soleil, ni de gîte pour se restaurer. Il est donc temps de reprendre notre chemin pour découvrir d’autres plages tout aussi somptueuses: Trou d’Argent, Anse Bouteille, Pointe Roche Noire... Finalement, nous atteignons la région de Gravier, les plages toujours aussi désertes s’enchaînent puis quelques habitations et boutiques apparaissent, ce sont les premiers signes de “civilisation”! Notre randonnée s’achèvera à Anse Mourouk après avoir emprunté un petit sentier surplombant la mer. Très venté, cet endroit est en hiver le paradis des wind-surfeurs. Nous les observons se débattre contre les éléments, avec en arrière plan la surprenante île Hermitage et sa silhouette de requin.

La randonnée de Pointe Coton à Anse Mourouk est sans aucun doute la plus spectaculaire de l’île. Spécialement réservée à ceux qui aiment la solitude, à ceux qui souhaitent être en symbiose avec la mer et la nature...


De Anse Mourouk à Petites Buttes

Anse Mourouk - Port Sud-Est - Tamarin - Rivière Coco - Petite Butte - Distance: 10 km

De la jolie plage d’Anse Mourouk, nous rejoignons rapidement Port Sud-Est. Sur le chemin, nous sommes surpris de découvrir un terrain de football noyé sous 30 centimètres d’eau. Tout porte à croire que cet emplacement est praticable uniquement à marée basse, à moins que les Rodriguais s’en servent à marée haute pour jouer au Water-Polo! Puis, c’est “Chez Pierrette”, un minuscule salon de coiffure qui doit tout juste pouvoir accueillir une cliente, à condition que la coiffeuse reste sur le pas de porte! Décidément, les Rodriguais semblent s’accomoder de tout avec beaucoup d’humour.

L'activité de Port Sud-Est est consacrée à la pêche, comme pour la plupart des villages côtiers. Lorsqu' ils ne partent pas à la pêche à la senne, les pêcheurs s’en vont dès l’aube, en solitaire, déposer leurs casiers dans le lagon. Faute de moteur, ils se déplacent à l’aide d’une longue tige en bois, tels des vénitiens dans leur gondole. Cette région est aussi le royaume des piqueuses d’ourites, il n’est pas rare, le matin, de les voir rejoindre la côte avec leur butin qu’elles vendent directement sur la plage.

A partir de Port Sud-Est et jusqu’à Petite Butte, les plages se font plus rares. Le littoral est moins avenant mais ne manque toutefois pas d’intéret. Des poulpes sèchent sur les toits des petites maisons ou en bord de mer, suspendues à des assemblages en bois, tels des porte-jarretelles qui se balanceraient au grès du vent. Tableau surprenant.

Au moment où la route quitte la côte, à Petite Butte, un chemin sur la gauche nous conduit vers Plaine Corail. Cette “plaine” est en réalité un morceau gigantesque de corail qui autrefois est sorti de l’eau, suite aux secousses tectoniques, lointain souvenirs d’une activité volcanique. On y découvre d’anciennes carrières de corail qui offrent peu d’attrait car elles ne sont plus exploitées. Autrefois, cette ressource naturelle était utilisée par les Rodriguais pour la construction des maisons. Sous un soleil ardent des ouvriers sciaient des énormes blocs pour en faire des briques. Cette activité cessa pour des raisons écologiques (érosion des sols). Mieux vaut, si le coeur vous en dit , pousser jusqu’à Caverne Patate pour y explorer cette longue grotte (une autorisation doit être préalablement demandée à l’administration de Port Mathurin).


Petite Butte - Baie du Nord (via Plaine Mapou)

Petite Butte  - La Ferme - Baie Topaze - Plaine Mapou - Ile Catherine - Pointe La Fourche - Baie Pistache - Baie du Nord - Distance totale: environ 20 km - Distance à pied: 10 km

Le chemin pour rejoindre Baie Topaze est assez long et pénible. Il est conseillé de parcourir ce trajet en bus. La route qui grimpe dans les terres depuis Petite Butte offre quelques jolies vues sur la côte Sud. A “La Ferme”, nous passons devant le stade qui accueillit en 1989 le Pape Jean-Paul II et la presque totalité des habitants de l’île. C’est à Baie Topaze que commence notre randonnée. Ici, les paysages ont un petit air de campagne paisible. Des paysans travaillent durement dans leur champs, tandis que des vaches broutent en liberté. Plus loin, un imposant cochon garde une maison désaffectée, des chiens errants se chamaillent et au dessus de nos têtes, de grandes toiles jaunes semblent s’agiter sous le vent... Tissées entre les arbres ou les fils électriques, elles abritent d’énormes araignées rouges et noires à l’affût des malheureux insectes qui se prendront dans leur piège!

Un chemin de terre nous emmène jusqu’au bout de l’île: Plaine Mapou. Dans cette charmante campagne, loin de tout, on se croirait au bout du monde. Des hautes herbes jaunies ondulent dans le vent, quelques maisons isolées semblent inhabitées, nous n’apercevons pas une âme qui vive. Un avion survole l’île Frégate pour aller se poser de l’autre coté du bras de mer, à Plaine Corail, petit et unique aéroport de Rodrigues. Ce bras de mer est justement nommé Baie Topaze, comme la localité. Bien protégée, cette baie est si calme que l’on croirait voir un lac aux couleurs d’émeraude.

De Plaine Mapou, il est possible de rejoindre Pointe La Fourche en empruntant des petits sentiers côtiers mais le trajet s’avère assez long. L’idéal est de parcourir cette distance en bateau et de prévoir une halte sur l’île Catherine. En planifiant l’excursion, des tour-opérateurs pourront vous organiser la balade (Ecotourisme, par exemple, propose le chemin inverse de Baie du Nord à Baie Topaze avec pique-nique sur l’île Catherine).

L’île Catherine a beaucoup de charme malgré son aspect rocailleux. Du sommet, une magnifique vue s'étend sur le lagon et la côte ouest de Rodrigues. Des pêcheurs à la senne viennent quelquefois s’y reposer, c’est une bonne occasion pour leurs acheter du poisson frais et organiser un barbecue improvisé sur la plage!

Après une agréable escale sur ce petit îlot, nous posons pied à terre à Pointe la Fourche pour rejoindre Baie du Nord. C’est une randonnée dans un paysage aride et inachevé. La végétation peine à pousser, les quelques arbustes sont déformés, pliés par le vent. A marée basse, les baies sont asséchées pour laisser place à de la vase. Ces paysages austères ne semblent ni déranger le bétail qui broute paisiblement, ni troubler la sérénité des nombreux pêcheurs. Réunis à l’ombre d’un arbre, ils devisent joyeusement en attendant que leurs poissons sèchent au soleil. La tranquillité, une fois de plus, règne en maître dans ce paysage inhospitalier.


Baie du Nord - Port Mathurin

Baie du Nord - Baie Malgache - Baie Diamant - Baie aux Huîtres - Port Mathurin - Distance: 9 km

La côte Nord est plus peuplée, moins sauvage. Le réseau routier est plus développé en raison de la proximité de la capitale Port Mathurin. Les baies s’enchaînent: Baie Malgache, Baie Diamant, Baie aux Huîtres. Toutes avec leurs inévitables pirogues échouées sur la plage ou flottant dans quelques centimètres d’eau. Dans certaines baies, des palétuviers ont été plantés pour combattre l’érosion des sols.

A Pointe la Guele, on passe devant l’unique prison de l’île. Le bâtiment a été construit avec vue sur la mer, même les prisonniers ont droit à un moment d’évasion!

Cette excursion est probablement la moins intéressante, il faut la plupart du temps marcher le long de la route. C’est surtout un prétexte pour aller à la rencontre des habitants et de s’imprégner de leur “art de vivre”. Faire un petit bout de chemin avec des enfants qui rentrent de l’école, admirer les pirogues, voiles au vent, qui regagnent la côte, plaisanter avec une dame qui attend patiemment le bus...  Occupés à bavarder avec la population, nous rejoignons sans vraiment nous en rendre compte Port Mathurin et ses petites échoppes colorées. La boucle est bouclée!

Texte et photos: © Fabrice Bettex / Mysterra




 
Photo carte île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues

Photo île Rodrigues
       
      Visitez le site de notre partenaire!    
> Retour Sommaire Magazine