Retour Sommaire Magazine
Retour Accueil Information Contact
 

> Introduction  > Manchot  > Lion de mer  > Eléphant de mer

 


Les îles Malouines hébergent un fascinant et unique éventail de vie sauvage, laquelle peut être observée dans un décor naturel vierge de toute pollution. Les vents de l’Atlantique soufflant sans relâche ont amené des espèces d’oiseaux aujourd’hui protégées.

Les eaux profondes de l’Atlantique Sud, riches en vie marine, sont la clef de la survie d’une grande variété d’espèces se reproduisant sur l’archipel. Elles ont favorisé la sédentarisation de nombreux oiseaux tels que le pétrel géant, le cormoran de Magellan ou encore le caracara austral, ainsi que de nombreux mammifères marins. Plus de la moitié des espèces d’oiseaux des îles sont largement dépendantes de la mer pour se nourrir. Afin de préserver cette richesse incomparable, le Gouvernement des Malouines a transformé certaines îles en sanctuaires marins et/ou réserves ornithologiques pour fournir une protection adéquate à la plupart des oiseaux et à certains mammifères marins.

Durant la période de nidification qui s’étale approximativement de septembre à avril, 63 sortes d’oiseaux nichent aux Malouines. Trois espèces de manchots ne restent que temporairement sur l’île: le manchot de Magellan, le gorfou sauteur et le gorfou doré, tandis que deux espèces peuvent être observées toute l’année: le manchot royal et le manchot papou. Les manchots sont sans aucun doute les animaux les plus marquants des Malouines mais d’autres espèces méritent d’être observées. L’archipel accueille par exemple la population la plus importante au monde d’albatros “à sourcil noir” (Black-Browed Albatross) estimées à environ 250’000 couples. Les colonies les plus importantes sont très éloignées et souvent inaccessibles, toutefois une colonie se trouve sur l’île Saunders, facile d’accès par avion.

Le canard huppé de Patagonie et le canard brassemer cendré se rencontrent le long des côtes, souvent accompagnés d’ouettes marines. L' oiseau huîtrier et le bihoreau gris ainsi que deux sortes de goélands (goéland de scoresby, goéland dominicain)se nourrissent aussi sur le littoral.

Les champs de “tussock” (voir rubrique flore) situés le long des côtes sont le territoire d’une race d’oiseau que l’on trouve seulement aux Malouines ou sur certaines îles au large du Cap Horn: le caracara austral (nommé aussi “Johnny Rook”). D’autres oiseaux de proie plus communs sont aussi présents tels que le vautour urubu à tête rouge, le faucon pèlerin ou la buse à dos roux.

Dans les mares d’eau douce, spécialement près des côtes, les ouettes de Magellan et les ouettes à tête rousse sont souvent présentes. La bécassine des marais, diverses sortes de grèbes et de hérons vivent aussi à proximité de ces étangs.

Contrairement au cormoran à ventre blanc qui niche au sommet de falaises abruptes, le chionis blanc et le pluvier à double collier préfèrent les plages, recherchant leur nourriture parmis les colonies de manchots ou de lions de mer.

Dans les terres, les espèces d’oiseaux les plus communs sont la sturnelle australe, reconnaissable facilement à sa poitrine rouge écarlate et les plus discrets pipits des Malouines et grives des Malouines.

La liste est bien trop longue pour tous les nommer, 63 espèces se reproduisent aux Malouines, 23 espèces visitent les îles régulièrement et 79 occasionnellement, soit 165 sortes différentes d’oiseaux peuvent être observés sur l’archipel.

Du coté des mammifères marins, trois espèces de phoques se reproduisent aux Malouines: l’éléphant de mer, le lion de mer (“Southern Sea Lion”) et l’otarie à fourrure. Cette dernière est rarement observée excepté dans quelques endroits inaccessibles. Occasionnellement le phoques léopard peut-être vu sur des plages, cependant il n’est pas connu comme étant installé aux Malouines.

Dauphins et marsouins sont souvent aperçus. Le dauphin de commerson, espèce assez rare, noir et blanc, est l’un des plus petits mammifères marins (1,40 mètre), pesant 45kg à l’âge adulte. On peut aussi le trouver près des côtes sud-américaines et proche des îles Kerguelen. Il voyage généralement en groupe d’environ 3-4 individus. On observe aussi de temps en temps des orques patrouillant au large de certaines îles, par contre les chances d’apercevoir une baleine sont plus minces.

L’île de Sealion propose, à notre avis, la meilleure variété et proximité de vie sauvage. A peine à 10 minutes de marche de la pension, on se retrouve face à face avec une cinquantaine d’éléphants de mer paisiblement couchés sur une plage de sable blanc. Plus loin, en bas d’une falaise des lions de mer se battent pour contrôler leur harem en rugissant tels... des lions! Côté oiseau, l’île n’est pas en reste: de grandes colonies de manchots papous et de manchots de Magellan, ainsi que de gorfous sauteurs sont présentes. Pétrel, caracara, faucon, cormoran, goéland, héron, grèbe, canard, ouette et bien d’autres espèces complètent ce tableau.

Texte: © M.Chabod / F. Bettex   •   Photos: © Fabrice Bettex / Mysterra




 
Photo îles Malouines - Oiseaux

Photo îles Malouines - Oiseaux

Photo îles Malouines - Oiseaux

Photo îles Malouines - Oiseaux

Photo îles Malouines - Oiseaux

Photo îles Malouines - Oiseaux

Photo îles Malouines - Oiseaux

Photo îles Malouines - Oiseaux

Photo îles Malouines - Oiseaux

Photo îles Malouines - Oiseaux

Photo îles Malouines - Oiseaux

Photo îles Malouines - Oiseaux

Photo îles Malouines - Oiseaux

Photo îles Malouines - Oiseaux

Photo îles Malouines - Oiseaux

Photo îles Malouines - Oiseaux

Photo îles Malouines - Oiseaux
       
       
> Retour Sommaire Magazine