Retour Sommaire Magazine
Retour Accueil Information Contact
 
 


La végétation des Malouines n’est pas très diversifiée. Les îles forment un archipel sauvage et aride moitié pampa, moitié Irlande. Des pâturages ou des landes occupent le 90% des sols. La végétation se limite à des herbes sauvages ou des bruyères. Il n'y a pratiquement pas d'arbres sur les îles, les seuls visibles ont tous été plantés par l'homme et cultivés avec soin. Des haies de genêts ou d’ajoncs protègent les habitations du vent et fournissent un refuge à de nombreuses espèces d’oiseaux. Ces petits arbustes à fleurs jaunes éclatentes rompent la monotonie des teintes verdâtres des pâturages. Sur le littoral, la végétation est un peu plus diversifiée: quelques fleurs, des plantes grasses, des joncs, de la mousse et diverses herbacées.

Une des seules vraies particularités de la flore des Malouines est sans conteste le “tussock” (traduction littérale de l’anglais tussock = touffe d’herbe), grandes herbes dont la base forme une sorte de motte. Elles peuvent atteindre une hauteur de deux mètres. Les champs de “tussock” forment de véritables labyrinthes. C'est un lieu idéal pour un grand nombre d'animaux qui trouvent dans ce dédale une très bonne protection. Pétrels, manchots de Magellan, caracara, vautours, canards et ouettes s’y réfugient ou y font leur nid. Pour l'homme, s’il est amusant de tenter de se frayer un chemin dans cette jungle, l'exercice devient rapidement pénible et presque agaçant. Un kilomètre dans un champ de “tussock” peut facilement prendre une heure et cela sans perdre sa direction.

Une autre caractéristique de la flore des Malouines est une plante marine nommée “kelp” (varech). Très présente tout autour des îles, cette algue peut avoir différentes formes, tailles et teintes selon l’endroit et la profondeur où elle se trouve. Certaines sont de véritables arbres sous-marins (“kelp tree”) ayant un “tronc” et des “branches” très robustes, d’autres comportent des floteurs vésiculeux les permettant de se déployer sur une hauteur de plus de 30 mètres (“giant kelp”). Elles forment généralement une large ceinture de un à deux cents mètres de largeur mais peuvent atteindre dans certaines régions plus d’un kilomètre. Plonger dans cet univers (voir rubrique “plongée”) permet de prendre conscience de l’impressionnante densité de la flore sous-marine et offre des moments inoubliables.

Texte: © M.Chabod   •   Photos: © Fabrice Bettex / Mysterra




 
Photo îles Malouines - Flore

Photo îles Malouines - Flore

Photo îles Malouines - Flore

Photo îles Malouines - Flore

Photo îles Malouines - Flore

Photo îles Malouines - Flore

Photo îles Malouines - Flore
       
       
> Retour Sommaire Magazine