Retour Sommaire Magazine
Retour Accueil Information Contact
 
 


Les îles Malouines sont un territoire dépendant du Royaume-Unis. L’autorité exécutive est exercé par le Gouverneur des Malouines au nom de Sa Majesté la Reine.

L’actuelle constitution des Malouines a été mise en place en 1985.

8 conseillers législatifs, 5 de Stanley et 3 du reste des îles sont élus tous les 4 ans. Chaque année le conseil législatif (LegCo) élit 3 de ses membres pour former le conseil exécutif (ExCo).

Le Gouverneur préside le conseil exécutif qui est composé des 3 membres issus du conseil législatif, de deux membres non-élus provenant de l'administration, d’un chef exécutif et d’un trésorier. De plus le commandant des forces anglaises et le procureur général peuvent assister au conseil exécutif et intervenir sur tous les sujets. Le ExCo se réunit une fois par mois.

Le conseil législatif, présidé par le Gouverneur comprends les 8 conseillers élus et les deux membres non-élus issus de l'administration, le chef exécutif et le trésorier. Comme avec le ExCo le commandant des forces anglaises et le procureur général peuvent intervenir. Le conseil législatif est autorisé à créer des lois pour la maintenance de l’ordre, de la législation et du gouvernement des îles. Ces nouvelles lois sont sujettes à l’approbation de Sa Majesté la Reine, intervenant par son Secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères. Les réunions du LegCo sont organisées sur demande mais normalement au moins quatre fois par an.

La défense et les affaires étrangères restent sous la responsabilité et le contrôle du gouvernement anglais.

Depuis l’invasion des Argentins, les îles ont étés défendues par terre, mer et air. Une garnison a été maintenue pour assurer la sécurité et prévenir la répétition des événements de 1982. L’achèvement de l’aéroport de Mount Pleasant, complètement opérationnel en 1986, permit de réduire le nombre des forces stationnées sur les îles.


Un malaise permanent...

Depuis la fin du conflit, plusieurs visites furent organisées pour permettre aux familles des soldats argentins tués et ensevelis dans les îles, de venir se recueillir sur leurs tombes. Le Gouvernement des Malouines, croyant qu’il serait judicieux de rapatrier les corps en Argentine, proposa des fonds pour un tel déplacement. Cependant, le Gouvernement argentin refusa cette offre prétextant que les corps étaient déjà enterrés sur le sol argentin!

Cette anecdote montre bien que les relations entre la Grande-Bretagne et l’Argentine, concernant la souveraineté des îles, sont toujours très tendues et restent une pomme de discorde.

Depuis toujours les Argentins vouent un attachement aux Malouines. La revendication argentine pour les îles est basée principalement sur le fait d’avoir été les successeurs de la royauté espagnole de River Plate, laquelle gouvernait aussi l’Uruguay, le Paraguay, la Bolivie, le Chili et les Malouines. Pour le peuple argentin, les Malouines constituent la seule partie de son territoire arrachée par la force en 1833.

Les Anglais rétorquent que le 1er homme à mettre le pied sur l’archipel fût l’anglais John Strong...et que l’administration des Malouines par la Grande-Bretagne dure depuis 168 ans, seulement interrompue brièvement durant le conflit de 1982.

Plus de 10 ans après ce conflit, les Argentins revendiquèrent à nouveau les îles en insérant un déclaration de souveraineté dans leur constitution. Inutile de préciser que le gouvernement britannique et celui des Malouines ont toujours rejeté cette revendication, laquelle manquait de preuves historiques et légales.

Le problème des relations avec l’Argentine est un sujet préoccupant pour les habitants des Malouines. Où cela devient épineux, c’est que cette question est entièrement dans les mains de Londres qui a pour charge la politique étrangère et la défense. Bien que possédant des voix consultatives, sur le plan de la politique internationale l’opinion des 2’800 habitants des Malouines est considéré comme négligeable. C’est pourquoi la population a une grande méfiance envers le gouvernement britannique. Toute tentative de ce dernier pour normaliser les relations avec l’Argentine est vécue comme une trahison et une vélléité de désengagements de la Grande-Bretagne envers sa responsabilité de protection et de défense de l’île.

La clef de l’issue de ce conflit serait peut-être de donner le pouvoir de décision aux habitants eux-mêmes. De nombreuses personnes pensent en toute logique que la souveraineté des îles est l’affaire des gens qui y vivent. D’ailleurs les principaux partis politique britanniques affirment leur engagement à donner le droit aux habitants des Malouines de déterminer leur propre souveraineté. Vu l’intense degré de loyauté et le profond attachement des insulaires en faveur de l’Angleterre, le gouvernement britannique ne prendrait pas de grands risques en leur accordant une telle liberté.


Relations avec l’Uruguay et le Chili

Les Malouines ont toujours eu de bons rapports avec le Chili et l’Uruguay. Avant le conflit de 1982, le gouvernement était en contact avec l’Argentine pour toutes les communications externes, les soins médicaux graves et les hautes études. Ces arrangements furent donc pris avec l’Uruguay. Depuis le conflit de 1982 les relations avec le Chili n’ont cessé de s’améliorer. Un vol hebdomadaire entre Santiago, Punta Arenas et les Malouines fonctionne avec la compagnie Lan Chile. Le commerce entre ces deux pays s’est développé: matériel de construction, bétail, fruits frais et vins sont importés du Chili.

Texte: © M.Chabod / F. Bettex




   
       
         
> Retour Sommaire Magazine