Retour Accueil Informations Contact
     
... C U I S I N E Z !
 

LA MURENE

Un "monstre marin" pas si méchant!

La murène, poisson au corps serpentiforme et sans écailles de la famille des anguilliformes, est bien mal considérée. En effet, on la dit agressive, dangereuse et surtout très laide! Pourtant la diversité de sa livrée est parfois digne des plus beaux tissus imprimés: tachetée, tatouée, frangée, zébrée... Elle sait aussi déployer une large palette de couleurs: brun-chocolat, blanc cassé, noir, jaune-sable et même bleu écarlate. Quant à sa taille, celle-ci peut varier de 25 centimètres, comme pour la murène ruban, à près de 3 mètres pour la murène javanaise!

photo murène en pleine eau

Certes, sa tête est massive, ses yeux sombres et ses crocs recourbés vers l’intérieur la rendent menaçante, pourtant la murène n’attaque que si on la dérange. Si elle tente de mordre un plongeur imprudent, c’est seulement son instinct de défense qui la fait agir. Ses crocs ne sont pas venimeux comme on le mentionne souvent, toutefois certaines espèces peuvent inoculer une toxine sécrétée par les muqueuses buccales. Mais la murène a aussi des amis fidèles, elle entretient une relation commensale avec des petites crevettes ou des labres appelés "nettoyeurs". Ces hôtes pénètrent dans sa bouche, et telle une brosse à dent vivante, la débarrassent des parasites et déchets encombrants tout en se nourrissant.

photo murène javanaise avec plongeur     photo murène avec poisson-nettoyeur

Discrète, secrète, la murène peuple les mers tropicales et tempérées, vivant cachée dans les anfractuosités rocheuses et des concrétions coralliennes, ou au sein des multiples cachettes d’une épave, ne laissant apparaître que sa tête au museau pointu, bouche ouverte, il est vrai d’un aspect peu engageant...

photo murène javanaise dans une épave

C’est surtout la nuit qu’elle part en chasse, repérant grâce à son odorat très aiguisé - qui pallie à sa mauvaise vue - quelques poissons affaiblis ou morts, poulpes, seiches, calamars et divers crustacés; cette fonction  de nécrophage a toute son importance, aussi notre animal joue-t-il sans le savoir un véritable rôle écologique dans l’équilibre des fonds marins.

Lors de sa reproduction, ses oeufs fécondés après la ponte donneront naissance à de petites larves translucides qui dériveront au fil des eaux et du temps et mettront deux années pour devenir une murène adulte au corps dépourvu de nageoires pectorales et pelviennes; seule une légère excroissance laissera deviner une fine nageoire dorsale. Comme tous les habitants de la mer, la jeune murène devra se nourrir, affronter ou fuir ses ennemis puis se reproduire.

photo murène    photo murène javanaise

Si aujourd’hui certaines espèces de murènes sont fort prisées pour agrémenter une bouillabaisse ou être dégustées grillées, elles ravissaient autrefois les convives du romain Licinius Muraena  (à qui elles doivent leur nom) qui élevait des murènes pour les exhiber ou... pour y jeter quelques esclaves en pâture. De là naquit la légende qu’elles sont de redoutables prédateurs qui n’hésitent pas à attaquer les plongeurs.

Reste maintenant à considérer ce "joli monstre" avec un peu plus de mansuétude!

Texte: © Valérie Claro   •   Photos: © Fabrice Bettex / Mysterra


>>>