Retour Sommaire Magazine
Retour Accueil Information Contact
 
 


La région de Cape Town n’est pas à proprement parler une destination sauvage! Toutefois, c’est un excellent point de départ pour observer les baleines franches australes qui viennent hiverner très près des côtes durant les mois de juin à octobre. La petite ville d’Hermanus, cité balnéaire située à 120 km de Cape Town, abrite le sanctuaire marin de “Walker Bay”. C’est probablement l'un des meilleurs endroits au monde pour observer les baleines franches.

Cette baleine est la plus courante à Hermanus, elle peut mesurer jusqu’à 16 mètres, elle est facilement reconnaissable par sa tête couverte de callosités. Elle quitte les eaux de l'Antarctique au début de l’hiver austral. A cette saison, l’antarctique s'enfonce dans la nuit polaire et le froid glacial. De nombreuses espèces désertent cette région qui devient trop inhospitalière. La baleine franche va parcourir plus de 8.000 kilomètres pour mettre bas et se reproduire dans les eaux d'Afrique du Sud.

Le sanctuaire de Walker Bay est interdit à toute navigation, mais les abords de la réserve sont néanmoins accessibles et riches en mammifères marins. Pour les voir de très près, il est conseillé de se procurer un petit bateau rapide ou de prendre part aux nombreuses excursions organisées par des opérateurs locaux... avec le risque d'être entassé parmi des dizaines de touristes sur un navire spécialement conçu à cet effet! Autre solution, l'hélicoptère, moyen pas très écologique je vous l'accorde, mais fabuleuse opportunité d’observer les baleines vu du ciel. Attention de bien respecter les règles d'approche et d'observation qui sont très strictes en Afrique du sud, tout écart peut être sanctionné.

Hermanus organise chaque année durant la dernière semaine de septembre le “Whale Festival” (fête de la baleine). Des crieurs arpentent le littoral pour signaler à l’aide d’un cor les meilleurs postes d'observation. Le spectacle est fascinant: des dizaines de baleines nagent dans la baie et se rapprochent parfois à une trentaine de mètres de la côte. Elles sont assez démonstratives pendant la période des amours. Il n’est pas rare de pouvoir assister, au loin, à de superbes sauts effectués par des mâles sollicitant les faveurs d'une femelle. De tous les spectacles que peut nous offrir le monde animal, c'est sans aucun doute l'un des plus extraordinaires. Imaginez ces baleines jaillissant hors de l'eau pour y retomber sur le flanc dans un fracas assourdissant, soulevant des mètres cubes d'eau en une immense gerbe d'écume.

On regarde dans tous les sens, on se prend au jeu de qui repérera le premier un corps flottant, une queue ou un saut. Soudain, une masse sombre émerge tel un sous-marin, expirant par ses évents, son long corps souple évolue lentement en surface. Puis elle plonge à nouveau en nous gratifiant d'un superbe mouvement de queue en guise d'au-revoir. Quelques fois ce sont des otaries qui viennent troubler notre concentration ou un banc de dauphins qui jouent à la surface de l'eau et même un rorqual commun qui ne daignera nous montrer que son minuscule aileron dorsal sous le regard attentif d'un cormoran séchant ses ailes sur un rocher. Décidément, cette baie recèle des richesses insoupçonnables à ne manquer sous aucun pretexte!

Texte et photos: © Fabrice Bettex / Mysterra




 
Photo Afrique du Sud - Baleine franche australe

Photo Afrique du Sud - Baleine franche australe

Photo Afrique du Sud - Baleine franche australe

Photo Afrique du Sud - Baleine franche australe

Photo Afrique du Sud - Baleine franche australe

Photo Afrique du Sud - Baleine franche australe

Photo Afrique du Sud - Baleine franche australe

Photo Afrique du Sud - Baleine franche australe

Photo Afrique du Sud - Baleine franche australe

Photo Afrique du Sud - Baleine franche australe

Photo Afrique du Sud - Baleine franche australe

Photo Afrique du Sud - Baleine franche australe
       
         
> Retour Sommaire Magazine